jan, 2012
15

Un jour sombre pour les personnes trans en Suède et en Europe

Il y a 40 ans, la Suède (dont le rayonnement international est celui de la sauvegarde des droits de l’homme) a été l’un des pays pionniers dans la reconnaissance légale du genre. Aujourd’hui pourtant, elle est en infraction et à la traîne des dernières normes européens sur la question du genre: les représentants des partis du gouvernement suédois ont confirmé, ce 12 janvier 2012, leur volonté de maintenir l’exigence de la stérilisation pour les personnes trans souhaitant changer leur marqueur de genre.

Cette décision perpétue la violation du droit à l’intégrité physique et des droits sexuels et reproductifs des personnes trans. Dans un important rapport paru en août dernier, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, engageait les États Membres à revoir leur législation.

Son intention était claire: « abolir la stérilisation obligatoire, et les autres traitements médicaux pouvant nuire gravement à l’autonomie, la santé ou le bien-être de l’individu comme exigences juridiques nécessaires à la reconnaissance de genre d’une personne trans ».

En 2010 déjà, cette recommandation avait été formulée au sein du Conseil de l’Assemblée parlementaire dans le cadre de la résolution 1728 qui concernait l’accès au changement de genre sur les documents officiels: le texte appelait les Étags membres à ne pas exiger ni la stérilisation, ni la chirurgie génitale, ni la thérapie hormonale.

À l’annonce de cette décision, Wiktor Dynarski, co-président de TGEU, n’a pas caché son inquiétude:

« Aujourd’hui est un jour sombre pour les personnes trans et de genre fluide, en Suède et en Europe. »

Transgender Europe en appelle désormais à la conscience des parlementaires suédois et en particulier à celle du premier ministre Reinfeldt; l’enjeux étant de revoir leur position sur cette question et de s’aligner avec les normes européennes et internationales des droits humains.

Mots-clés :

, , , , , , , ,

En savoir plus :

Sweden, stop violating human rights of trans persons!, in Transgender Europe (TGEU)